Et si nous, Sallanchards, suivions l’exemple des Médinois ?

La réponse paraît évidente, il est impensable qu’un musulman ne suive pas l’exemple des ‘ansâr (les Médinois), peuple bien guidé par notre Prophète Muhammad (bénédiction et paix sur lui). Pourtant dans les faits, cela est loin d’être le cas, notre oumma (communauté) est loin de suivre cet exemple, que ce soit à l’échelle internationale, nationale ou même dans notre cité paisible de Sallanches.

C’est en l’an 622 que les musulmans de La Mecque entreprirent leur émigration vers Yathrib (Médine), cet événement, al-hijra, marqua le début du calendrier hégirien. Lorsque les Mecquois arrivèrent à Médine, ils ne possédaient pas de terres et étaient pour la plupart bien démunis. C’est dans ce contexte que notre Prophète bien-aimé (bénédiction et paix sur lui) appela à l’unité entre les musulmans, principe fondamental en Islam prôné par tous les textes et tous les savants depuis 14 siècles. Les Médinois appliquèrent alors l’injonction prophétique à la lettre et se distinguèrent par leur accueil chaleureux et par leur très grande générosité. En effet, les Médinois accueillirent avec joie les Mecquois dans leurs propres demeures et partagèrent avec eux tout ce qu’ils possédaient.

À notre époque, les pays musulmans aisés ne se soucient guère de leurs frères dans le besoin, ils préfèrent s’allier avec d’injustes tyrans puissants afin de s’assurer un confort matériel plutôt que de défendre les droits de leurs frères dans le besoin afin de leur assurer la justice sociale qui leur revient.

À l’échelle nationale, ce n’est pas beaucoup plus reluisant avec différentes factions qui s’affrontent pour avoir les faveurs du gouvernement en mettant de côté les principes de leur religion.

Mes frères et sœurs en Islam, si l’on peut se trouver des excuses pour les contextes nationaux et internationaux, on ne peut pas ignorer le contexte sallanchard. En connaissant (et pour certains en enseignant) la tradition prophétique dont fait partie l’exemple des gens de Médine, comment allons-nous justifier nos divisions devant Allah ? Comment allons-nous expliquer que nous avons suivi l’exemple des ‘ansâr qui offraient la moitié de leurs biens aux Mecquois alors que nous ne sommes pas capables de nous unir dans une seule et même mosquée ? Y avait-il à Médine des mosquées portant les noms des différentes tribus existantes au sein des musulmans ?

Mes frères et sœurs en Islam deux choix s’offrent à nous : préparons bien notre argumentaire pour justifier nos divisions et notre attachement à notre « tribu » ou bien prenons la voie de l’unité basée sur des fondements sains et conformes aux préceptes islamiques. Notre jugement auprès d’Allah le Juste sera sans appel !

RG, le 10 Septembre 2010

Share Button

6 comments on “Et si nous, Sallanchards, suivions l’exemple des Médinois ?

    1. assalamou `alaykoum

      J’ai utilisé les termes « division » et « tribu » pour dénoncer le comportement et les actes de certains musulmans qui sont plus attachés à leur pays d’origine (Algérie, Maroc, Turquie…) qu’à l’Islam.

  1. Aleykom Salam,

    J’avais bien compris cela comme ça mais je n’étais pas sûre. Je suis attristée de voir que ce genre de situation se répète un peu partout.Cependant , j’ai l’impression qu’on est sur la bonne voie. Prendre conscience qu’il y a un problème c’est déjà un grand pas ! Il est difficile de changer les mentalités des anciennes générations concentrons-nous sur le présent et préparons le futur. Éduquons nos enfants de sorte qu’ils soient solidaires et unis. Qu’Allah nous aide. Amine.

    1. assalamou `alaykoum

      Je suis moins optimisme que vous. Dans de nombreuses mosquées, il existe encore ces problèmes liés aux nationalités d’origines. Et en plus de cela, la nouvelle génération se divise sur les courants existants, nous avons fait un article sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *